QUI SOMMES NOUS ?

La décision prise, en 2004, par une poignée (amicale) de gaziers-électriciens de contribuer à l'écriture de l’Histoire Sociale de L’usine à Gaz de Montpellier, ne s’inscrit nullement dans le cadre d’une certaine nostalgie du passé. Bien au contraire, cette démarche se veut porteuse d’espoir et d’avenir .

Nous sommes nombreux à penser que le passé, les expériences accumulées sont à même de nous permettre de mieux comprendre le présent et d’éclairer le futur. Aux femmes et hommes d’aujourd’hui d’en faire le meilleur profit.

La Loi de Nationalisation du Gaz et de l’Electricité, issue du Programme du Conseil National de la Résistance, créa deux grandes et belles entreprises publiques au service de la Nation.

Les Nationalisations ont permis de répondre aux besoins économiques et industriels du pays, de proposer un service continu de grande qualité, un prix de vente régulé, des énergies parmi les moins chères d’Europe pour les abonnés. Mais, aussi, de dignes conditions de travail, la garantie de l’emploi, l’expression des salariés à travers des commissions paritaires et la gestion des activités sociales et mutualistes par et pour le personnel. C’est grâce à ce contrat de travail : le Statut National, que nous sommes, aujourd’hui, en capacité d’accomplir ce devoir de mémoire car nous avons travaillé dans deux entreprises dans lesquelles les mots fraternité, solidarité, service public, conscience professionnelle  avaient un sens profond.

Aujourd’hui, au seul nom du profit  E.d.F. et G.d.F. ont été privatisés. Ceci prouve que rien n’est jamais définitivement acquis.

Ce retour sur l’histoire se veut cependant un encouragement à demeurer optimiste, et comme le disait Victor HUGO :

« Ceux qui vivent sont ceux qui luttent : ce sont

Ceux dont un dessein ferme emplit l’âme et le front,

Ceux qui, d’un haut destin, gravissent l’âpre cime,

Ceux qui marchent pensifs, épris d’un but sublime,

Ayant dans les yeux sans cesse, nuit et jour,

Ou quelque grand labeur, ou quelque grand amour ».

Ecrire l’histoire nécessite, certes, une approche méthodique, basée sur le concret et le réel, sur les murs et les machines, nous nous y employons. Mais au travers de cela, il s’agit, avant tout, de faire surgir de l’ombre du passé ces femmes et ces hommes qui ont œuvré, dans des conditions souvent difficiles, pour construire, jour après jour, ce qui fut EDF et GDF.

Et nous avons toujours la profonde certitude qu'il ne peut y avoir de progrès économique sans progrès social et culturel.                                            

Le Président de l'Association

Alain MAUSSIERE

 

L'avenir n'est que du passé à mettre en ordre, tu n'as pas à le prévoir mais à le permettre.

Saint Exupéry